Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

En ouvrant ce blog, je suis très consciente du privilège que me confère cet outil exceptionnel de communication dont nos grands maîtres de la littérature auraient pu faire un si bel usage !

Désormais,je pourrai communiquer, échanger, alerter, informer, débattre, et les thèmes  de préoccupations ne m'ont pas manqué ..tout au long de ma vie professionnelle de professeur de français, d'inspectrice pédagogique régionale, d'Inspectrice d'Académie puis de Députée à l'Assemblée Nationale..

je sollicite l' indulgence car cette pratique, nouvelle pour moi , risque de me désarçonner parfois..

Odette Trupin

7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 11:14

je me permets, aujourd'hui, de publier cet article que j'ai écrit en 2005 et qui est, hélas! criant de vérité prémonitoire aujourd'hui , avec tous les développements de l'actualité que l'on sait. !! j'ajoute que , faiblement édité , il avait été mal reçu par tous ceux qui ne voient en politique que leur ambition personnelle au "secours de la France".

En déficit constant depuis 20 ans, la France, modèle du monde par la puissance de sa pensée et de sa culture au XIX ème siècle , est en perte de vitesse et elle glisse irrémédiablement vers un déclin que nul ne peut plus contrôler. Les observateurs étrangers le pensent et le disent souvent. Cette grande nation, est devenue un bateau – ivre, ingouvernable que, seul, un séisme politique pourrait sauver. Un gouffre s’amplifie entre les Français et le Gouvernement : Les citoyens, loin du pouvoir politique, sont moins entendus que jamais ; Le Parlement n’est pas respecté ; Tous les pouvoirs restent concentrés dans les mêmes mains, isolées, qui ignorent,plus que jamais, l’appel du peuple…... Pourtant, ces mêmes griefs avaient été faits aux Socialistes, les chassant du pouvoir en 2002….. La Démocratie est en péril et la montée des violences peut conduire à l’anarchie. Depuis 2002, tous les désaveux électoraux : régionales, cantonales, européennes, référendum, ont confirmé que, non seulement les électeurs n’ont pas obtenu satisfaction en changeant les hommes et les partis au pouvoir, mais que la responsabilité politique, économique, sociale de la crise actuelle est à imputer au Président de la République et à ses gouvernements successifs. En cette fin de règne, dans ce naufrage de la société française , auquel nous assistons tous, impuissants et atterrés, alors que la démocratie sociale est bafouée, que les institutions de la République sont fragilisées , quel(s) remède(s) miracle(s) va –t- on trouver ? Parler de culture, de sens, d’intelligence, de dignité, de désintéressement, de plaisir d’échanger, d’équité, de principes de moralité, …peut paraître un discours irréaliste et d’idéaliste, loin de la réalité nécessaire à l’accomplissement politique. On croit, en effet, trop souvent aujourd’hui, que la culture est inutile à une gestion pragmatique de la réalité. On prend volontiers exemple sans y prendre garde, sur les Etats- Unis. En fait, et les étrangers de culture francophone le savent bien , eux qui ont baigné dans les écrits de nos poètes ,nos penseurs et notre littérature : « La culture est primordiale ». Ils le disent, imprégnés qu’ ils sont de notre patrimoine culturel et étonnés de voir de nombreux Français le bafouer allègrement ;« elle doit être prioritaire aux accords, même commerciaux » ajoutent-ils… Serait-ce à dire que le sens profond de la culture de tous les jours, celle qui imprègne notre comportement à chaque instant, serait à revoir ? il semblerait qu’en effet, et les attitudes qui se banalisent, le prouvent dans la rue, les Français aient un grand besoin de revoir leur copie et qu’un certain nombre de principes moraux mériteraient d’être prônés au plus vite. Non pour satisfaire à un conservatisme de mauvais aloi, mais pour remettre « l’horloge interne » des citoyens à l’heure d’une vérité qui pourra ne pas leur plaire, tant la désinvolture et le non respect de l’autre sont devenus monnaie courante !! N’est-ce pas ce grand gâchis que les Français ressentent confusément ? Certes, ils souhaitent l’amélioration de leurs conditions matérielles, mais ils sentent aussi ,que, sans un formidable changement de leur société, la France court à sa perte. Face à cette évidence, qui n’est pas une fatalité, ne faudrait-il pas ? : Redonner aux Français le goût d’être Français : Les rassembler d’abord autour de leur histoire, de leur géographie,de leur patrimoine littéraire, de leur langue, outil de la culture qu’elle véhicule, élément-clé d’un art de vivre ensemble. Le rôle des enseignants est primordial à ce titre mais ne sont-ils pas eux-mêmes victimes de la dégradation des mentalités et des voyous qui rôdent et peuvent semer l’anarchie. Eliminer la pauvreté sous toutes ses formes, sans pour autant réduire la richesse acquise légalement. Faire des efforts pour l’intégration des minorités en leur donnant plus de droits mais en exigeant le respect et les devoirs de chacun. Protéger les populations et édicter des règles strictes de bonne conduite. Redonner aux Français le goût du savoir: Par l’accès de tous à une formation initiale puis réellement continue « tout au long de la vie » comme le conseillait Condorcet. Redonner aux Français le droit à la santé : par une réelle prise de conscience d’une culture de leur propre santé et une économie des moyens à mettre en œuvre par eux et par tous les soignants. Réconcilier tous les Français avec l’économie de marché : pour dégager le maximum de richesses marchandes à répartir entre tous, en favorisant les créations d’entreprises personnelles et les patrimoines acquis par le travail et non par héritage. Dans cet esprit, une organisation du travail de chacun, favorisant les potentialités et les facultés créatives est nécessaire. Eviter à tout prix la dictature des partis et des hommes, et rassembler les Français : Plus de gâchis des intelligences dans de vaines querelles surannées aujourd’hui ! Les 550 000 km2 et les 63 millions d’habitants de la France, minuscule sur la planète, devraient susciter humilité,économie des moyens humains et prudence extrême, face à la montée des puissances mondiales potentielles.. La situation de la France est grave, les violences dans les banlieues l’ont prouvé, la crise autour du CPE, prétexte à l’expression d’un mal être social plus grave, en atteste aussi. Sachons, vite, au plus vite, mettre en place les antidotes de salut public, nécessaires à court et à long terme, pour que la France , ancien moteur de nombreuses nations, survive décemment dans le concert européen et mondial.

Odette Trupin (ancienne Députée) mars 2005

Partager cet article

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article

commentaires