Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

En ouvrant ce blog, je suis très consciente du privilège que me confère cet outil exceptionnel de communication dont nos grands maîtres de la littérature auraient pu faire un si bel usage !

Désormais,je pourrai communiquer, échanger, alerter, informer, débattre, et les thèmes  de préoccupations ne m'ont pas manqué ..tout au long de ma vie professionnelle de professeur de français, d'inspectrice pédagogique régionale, d'Inspectrice d'Académie puis de Députée à l'Assemblée Nationale..

je sollicite l' indulgence car cette pratique, nouvelle pour moi , risque de me désarçonner parfois..

Odette Trupin

20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 19:25
 

Certes, notre langue évolue et s'enrichit sans cesse. Pourtant, de nombreux linguistes s'inquiètent de la baisse de notoriété du français dans le monde .En réalité , et à quelque degré que ce soit, nous sommes tous coupables de trahison..

Depuis le jour où nous avons accepté passivement que nos élèves n'aient pratiquement d'autre choix que l'anglais en première langue.

Depuis le jour où nous avons accepté des kilos de chansons à la radio et de feuilletons télévisés à bas prix et mal traduits.

Depuis le jour où nous avons accepté sans sourciller des multitudes de gadgets, d'appareils électroménagers programmés en anglais et dont les touches d'utilisation : "on, off ", etc. ne se lisent plus qu'en anglais.

Depuis le jour où les Français à l'étranger se sont empressés de "baragouiner" de l'anglais avant même d'en avoir un réel besoin.

Depuis le jour où nos professeurs d'université ont accepté de donner des cours en anglais sans respect des textes qui l'interdisait.

Depuis le jour où nous avons accepté pour la première fois de faire en France des colloques où, dès qu'il y avait un seul participant qui ne comprenait que l'anglais, tous les autres devaient s'exprimer dans sa langue.

Depuis le jour où nos politiques ont livré un combat trop mou à Bruxelles et ont accepté que les textes officiels ne soient plus automatiquement traduits en Français.

Depuis le lour où nous nous sommes laissés fasciner par des marchandises et des gadgets culturels ,au point de devenir indifférents à notre propre culture et à notre dignité.

Depuis le jour , actuel, où l'avènement des téléphones portables a incité la jeunesse à communiquer en langage phonétique et burlesque.

Depuis le jour où pour la première fois, nous avons feint de croire que c'était normal, fatal,  que c'était le sens de l'histoire et la marche du monde et qu'il n'y avait rien d'autre à faire que d'accepter cette dépossession et ce suicide .

 

    Il n'y a toutefois pas de commune mesure entre cette dépossession, subie par la masse, et le cynisme d'une poignée de décideurs qui ont permis l'éradication de la langue, l' arrachement à un peuple de ses mots et de sa syntaxe , ce qui ne semble même plus une farce grotesque tant elle est professée aujourd'hui tout naturellement  par des enseignants, des chercheurs ou des entrepreneurs....

Il serait temps, comme l'écrivait Thierry Priesley, de « mettre un terme à cette supercherie qui consiste à présenter l'américanisation du langage comme une recherche spontanée des jeunes. Ceux-ci absorbent ce que des plus vieux et des plus puissants leur donnent à absorber et ils sont séduits par ce qui se donne les moyens de séduire. »

           Malherbe reviendra peut-être un jour...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by odette trupin - dans culture
commenter cet article

commentaires