Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

En ouvrant ce blog, je suis très consciente du privilège que me confère cet outil exceptionnel de communication dont nos grands maîtres de la littérature auraient pu faire un si bel usage !

Désormais,je pourrai communiquer, échanger, alerter, informer, débattre, et les thèmes  de préoccupations ne m'ont pas manqué ..tout au long de ma vie professionnelle de professeur de français, d'inspectrice pédagogique régionale, d'Inspectrice d'Académie puis de Députée à l'Assemblée Nationale..

je sollicite l' indulgence car cette pratique, nouvelle pour moi , risque de me désarçonner parfois..

Odette Trupin

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 18:59

" La modernité est une sorte d' autodestruction créatrice...L'art moderne n'est pas seulement le fils de l'âge critique, mais le critique de lui-même." O.Paz

Pour reprendre l'expression de Max Weber, force est de constater que le monde moderne est "désenchanté" , non seulement parce que la magie en a été éliminée comme" technique de salut", mais surtout parce que l'élément dans lequel les hommes pensent leur existence est celui de la rationalité instrumentale promue par la science et la technique : dans les sociétés modernes , le règne de l'invisible tend à s'épuiser. Ainsi, depuis plus d'un siècle, l' univers capitaliste est traversé par une crise culturelle profonde ,et c'est peut-être dans le domaine de l'art que celle-ci s'est le mieux exprimée. A partir de la négation de la tradition, à partir du culte du nouveau et du changement, s'est progressivement mise en place une nouvelle logique esthétique faite de ruptures et de discontinuités , le modernisme : destruction de  l'espace de la représentation classique , émergence d'une écriture dégagée de la contrainre des codes syntaxiques...les artistes s'attaquant aux règles instituées et à "l'académisme "sous toutes ses formes. Ce mouvement , miné par une contradiction interne : la containte à l'invention perpétuelle,s'exerce désormais sur toutes les oeuvres, même les plus modernes, sous la pression de l'impératif de la novation.
Plus aucun contenu positif ne peut être affirmé par ce processus de négation. Dès lors, le seul principe qui régit la sphère de la création artistique est la forme même du changement.
Désormais, ce qui est répétitif est  jugé ennuyeux alors que ce qui change est a priori désirable. .Le monde n'étant plus régi par la tradition, les normes deviennent de plus en plus immanentes à la volonté des individus et la culture perd son unité.

Partager cet article

Repost 0
Published by odette trupin - dans culture
commenter cet article

commentaires