Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

En ouvrant ce blog, je suis très consciente du privilège que me confère cet outil exceptionnel de communication dont nos grands maîtres de la littérature auraient pu faire un si bel usage !

Désormais,je pourrai communiquer, échanger, alerter, informer, débattre, et les thèmes  de préoccupations ne m'ont pas manqué ..tout au long de ma vie professionnelle de professeur de français, d'inspectrice pédagogique régionale, d'Inspectrice d'Académie puis de Députée à l'Assemblée Nationale..

je sollicite l' indulgence car cette pratique, nouvelle pour moi , risque de me désarçonner parfois..

Odette Trupin

25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 10:51

             

"Notre pays traverse des jours difficiles, qui mettent à l’épreuve son unité et les valeurs de la République, dont la gauche a toujours été le premier défenseur.

Plus que jamais, face à la folie meurtrière du terrorisme et du fondamentalisme religieux, nous devons opposer nos principes : refus de la violence et de la haine, intransigeance face à ceux qui les utilisent, défense de la cohésion nationale comme fin et du débat républicain comme méthode. Il n’y a pas de meilleure réponse aux auteurs de ces crimes odieux.

Prenons garde, dans notre action et notre militantisme quotidiens pour François Hollande, à toujours rester dans cette ligne, et à refuser les provocations que certains ne manqueront pas de mettre en travers de notre route. Dans ces heures particulières, ce n’est pas seulement l’élection présidentielle qui est en jeu, mais aussi et d’abord la conception que nous avons collectivement de notre pays, et de ce que nous voulons faire ensemble, Français de toutes origines, de toutes confessions, de tous horizons." François hollande

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 09:44

"Il y a deux ans, la taxe professionnelle disparaissait, remplacée en partie par la contribution économique territoriale. Qui a gagné, qui a perdu ? Une note d’étape de la mission du Sénat conduite par Anne Marie ESCOFFIER, sénatrice de l’Aveyron apporte des premières réponses.  Le coût pour l’Etat : 4,5 milliards La suppression de la taxe professionnelle coute 4,5 milliards d’euros par an à l’Etat après un pic de 7,8 milliards lors de l’année de transition 2010. Les gagnants : 60% des entreprises Les gagnants sont bien entendu les entreprises, du moins 60% d’entre elles. Au lieu de payer 26,6 milliards au titre de la taxe professionnelle, elles n’acquittent plus que 18,6 milliards, soit un allègement de 8, 2 milliards..."

A.Anziani, Sénateur .

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:00

" Non cumul des mandats  :
"Pour que ce Parlement puisse être doté de nouveaux droits, les membres devront se rendre entièrement disponibles, parce que c’est un travail à temps plein de représenter le peuple français. Et j’insiste sur ce point : un député, un sénateur, ne représentent pas une circonscription, un département, une région. Ils représentent la Nation toute entière. C’est pourquoi je ferai voter dès les débuts du prochain quinquennat, la fin du cumul d’un mandat parlementaire avec une fonction d’exécutif local."

- Elections législatives : une part de proportionnelle.
"Le Parlement en lui-même doit mieux représenter le pays. Nous introduirons donc une part de proportionnelle dans le mode de scrutin législatif. "

- Une loi sur les territoires..."  pour lire la suite :  http://alainanziani.fr/content/francois-hollande-un-nouvel-acte-de-la-d%...

extraits du discours de François Hollande à Dijon (3 mars2012)

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:58

LE MAL-LOGEMENT, UN MAL POLITIQUE

                         
 

 

Fin 2009, un sondage révélait qu’un français sur deux craignait de se retrouver SDF. En 2011, une autre enquête portait ce chiffre à trois français sur quatre !

Le dernier rapport de la Fondation de l’abbé Pierre nous montre que cette peur du nouveau siècle n’est pas qu’une simple inquiétude. 3,6 millions de Français ne sont pas logés ou mal logés. Si l’on compte les personnes en fragilité de logement, nous en sommes à dix millions. Et parmi les plus démunis, 390 sont morts dans les rues françaises en 2011, 38 en janvier 2012…

Les rapports se succèdent aux rapports, les dispositions législatives s’accumulent, le « zéro SDF » est promis, et pourtant, d’année en année, la situation se dégrade. « Le droit opposable au logement », en permettant aux non logés de faire appel au juge, devait constituer une arme décisive. Faute de logements accessibles, il a donné le sentiment aux personnes concernées que la justice, l’administration, le politique, la société tout entière se moquaient d’elles.

Quant aux méthodes du gouvernement - mesures fiscales en faveur des investisseurs immobiliers, baisse des aides aux locataires - est-il besoin de souligner qu’elles n’ont fait qu’aggraver la détresse ?

La mécanique de cette paupérisation est bien décrite par la Fondation : « une lutte des places » conduit au surpeuplement ou à un confort rudimentaire avec des loyers qui évoluent plus vite que les revenus. Dans cette bataille arbitrée par le marché, le locataire pauvre est d’abord un salarié précaire. Plus de six millions de ménages consacrent ainsi plus d’un tiers de leurs revenus au loyer et aux charges.

Une évidence : le marché ne parvient pas à résoudre la question du logement. Nous devons trouver d’autres voies. Toutes supposent un volontarisme des pouvoirs publics qui ne se confond ni avec un retour à une économie administrée de l’habitat, ni avec un centralisme étatique. Elles consistent à réduire les coûts du foncier et de la construction, à lancer un programme permettant de combler ce manque de 900 000 logements et bien entendu, mesure d’urgence, à encadrer les loyers comme le propose F. HOLLANDE.

En fait, je crois que nous serons conduits à aller plus loin. Dans une étude de 2009, sur le droit au logement, le Conseil d’État, peu réputé pour son bolchevisme, a posé les questions de l’attribution quasi intégrale de la plus value foncière aux propriétaires du sol, de la taxation des logements vacants, du durcissement des sanctions contre les communes ne respectant pas la loi SRU, ignorée par le tiers d’entre elles. Il incite également l’État à consacrer gratuitement une partie de ses terrains à la construction de logements sociaux, proposition reprise par le candidat socialiste.

Et plus loin encore, le combat pour le logement accessible sera une lutte contre la pauvreté. Elle commence bien entendu par la revalorisation des aides à la personne, mais se poursuit par une politique de l’emploi, un refus des discriminations, une fiscalité différente…

J’oserai ajouter que l’État a montré depuis des années qu’il n’était pas l’acteur susceptible de résoudre la crise de logement. Comme souvent, la réactivité et la proximité des collectivités territoriales constituent de bien meilleurs atouts. Le projet « 50 000 logements » porté par la Communauté urbaine en donne un exemple. À condition que l’État accepte de transférer les ressources nécessaires, certainement mieux utilisées localement que par le pouvoir central.

Le mal-logement est aussi un mal vivre qui ruine toute espérance, oppose les individus les uns aux autres, favorise les communautarismes… La crise du logement est une cause et un effet de la dégradation de notre modèle social. Elle reflète le défaut d’insertion, la faillite des dispositifs de protection, l’absence de solidarité, les séquelles du chômage ou des bas salaires. Il sera nécessaire de soigner la racine du mal : la pauvreté et la précarité.

 

 

 

 
Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 23:46

Dans ses 60 engagements pour la France, mais aussi dans son discours du BOURGET, François HOLLANDE a donné sa vision des Institutions et annoncé une nouvelle étape de décentralisation. Quelques repères :

  • Ø Inscription du principe de la laïcité dans la Constitution :

« La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Églises et de l’État, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle. »


Ø LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET LE GOUVERNEMENT

  • réforme du statut pénal du chef de l’Etat
  • réduction de 30% des indemnités du Président de la République et des membres du Gouvernement
  • les anciens Présidents ne siégeront plus au Conseil Constitutionnel
  • les responsables des chaînes publiques de télévision et de radio seront désignés par une autorité indépendante et non plus par le chef de l’État ou du gouvernement.

 

Ø LE PARLEMENT ET LA VIE POLITIQUE

  • davantage de pouvoirs d’initiative et de contrôle du Parlement, notamment sur les nominations aux plus hauts postes de l’État
  • non-cumul des mandats
  • alourdissement des sanctions financières contre les partis qui ne respectent pas la parité homme/femmes
  • part de proportionnelle aux élections législatives
  • durée d’inéligibilité des élus condamnés pour des faits de corruption portée à dix ans.

 

Ø LA JUSTICE

  • Indépendance de la justice et des magistrats : les règles de nomination et de déroulement de carrière seront revues à cet effet ; le Conseil supérieur de la magistrature sera réformé. Interdiction pour le gouvernement d’intervenir dans les dossiers individuels.
  • Suppression des peines planchers qui sont contraires au principe de l’individualisation des peines. Les peines prononcées seront toutes effectivement exécutées et les prisons seront conformes à nos principes de dignité.
  • L’accès à la justice de proximité pour tous les litiges portant sur des aspects essentiels de la vie quotidienne des Français sera facilité.

 

Ø LES COLLECTIVITÉS LOCALES

François HOLLANDE annonce une nouvelle étape de la décentralisation qui associera les élus locaux. Lors d’un vaste rassemblement le 3 mars à Dijon, il précisera ses propositions.

Nous en connaissons les grandes orientations :

  • Une loi sur le renforcement de la démocratie et des libertés locales prévoira notamment l’abrogation du conseiller territorial et la clarification des compétences.
  • Un pacte de confiance et de solidarité entre l’État et les collectivités locales garantira le niveau des dotations à leur niveau actuel.
  • Une réforme de la fiscalité locale donnera plus d’autonomie aux communes, aux départements et aux Régions, en contrepartie d’une plus grande responsabilité.
  • Une véritable péréquation entre les territoires sera mise en œuvre.
  • Coup d’arrêt à la révision générale des politiques publiques (RGPP) et à l’application « mécanique » du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.
  • Droit de vote aux élections locales accordé aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans.
  • Obligation pour une commune de construire des logements sociaux portée de 20 à 25%.
  • Mise à disposition par l’État de tous ses terrains disponibles pour que les collectivités locales puissent y construire de nouveaux logements.
  • Lancement d’opérations de renouvellement urbain dans les banlieues.
  • Maintien des services publics. Augmentation des moyens, notamment scolaires. Présence régulière des services de police.
  • Couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans.

 

 

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 11:41


(Un message éloquent  et lucide qui tourne sur le web et qui ne plaira pas à nos "politiques" , convaincus qu'ils sont de leur parfaite utilité !!!!)

"Faites tourner, je crois qu il faut faire exploser le web français avec ce message plein de bon sens
Quel homme politique, de gauche comme de droite, aura le courage de l'admettre et surtout de se battre pour le faire?????
C'est peut-être le plan de rigueur que l'on va nous annoncer un jour....
Je ne sais pas si les chiffres sont bons, mais pour le principe, puisqu'on supprime 1 fonctionnaire sur 2, voire 2 sur 3, on devrait alors supprimer 1 sénateur sur 2 et 1 député sur 2 en effet !
 
 
À l'heure où la situation financière est telle que l'on cherche en hauts lieux désespérément de l'argent et que l'on va encore s'acharner sur le peuple pour le faire payer et en trouver, une réflexion s'impose !
  Sachant en plus ce qui suit :- Etats-Unis : 300 millions d'habitants, 100 sénateurs et 435 représentants
- France : 60 millions d'habitants, 350 sénateurs et 577 députés.
 Ne pensez vous pas, que nous pourrions carrément supprimer, sans être méchant et perturber en quoi que ce soit le "bon" fonctionnement de notre beau pays, la bagatelle de 250 sénateurs et 142 députés?
Je vous laisse le soin de calculer au plus juste, mais il me semble qu'à la louche cela ferait :
6.000 &euro x 342 = 2.052.000 par mois et donc 24.624.000 &euro par an
Sans commentaire !!!
Ne rigolez pas, c'est notre pognon !!
À défaut on pourrait au moins envisager de baisser leur salaire, non ???
577 députes, 343 sénateurs, 30 ministres et secrétaires d'état,
si on leur baissait leur salaire de 1.000 &euro, on ferait 950.000 &euro d'économie chaque mois.
950.000 &euro X 12 = 11.400.000 &euro
En 3 minutes j'économise plus de 11 millions d'euros par an, sans toucher à la TVA, sans toucher aux retraites ! ON VA VOIR SI ON PEUT FAIRE TOURNER ÇÀ DANS TOUTE LA FRANCE !!!
> > ALORS FAITES CIRCULER !!!"

 un  citoyen anonyme

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 20:04

L' évolution du monde est telle qu'elle rend caduques les systèmes en vigueur de la représentation populaire.Il faut ressusciter le débat en organisant dans chaque région, des tribunes pour donner la parole à ceux qui aspirent à construire un avenir vivable et viable pour tous. Il faudrait que chacun soit invité à s'exprimer car il ne manque pas de capacités d'analyses muettes dans les organisations démocratiques actuelles. Cette lisibilité donnerait de la force au changement indispensable, sans le confier de manière par trop réductrice, à quelques élus qui ne représentent plus guère qu'eux- mêmes...

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 08:55

Une publication a été mise à jour : WIR GEWINNEN ZUSAMMEN

"Une de ces polémiques bien nationales s’est développée ce week-end : les socialistes français seraient germanophobes. Malheureusement, quelques amis y ont apporté leur pierre, la droite s’y est engouffrée, avant que François HOLLANDE ne rappelle quelques grands principes.

Le premier est simple. F. MITTERRAND l’a sans cesse rappelé : la France n’a pas d’autre avenir que l’Europe, et l’Europe ne peut exister sans une vision commune unissant la France et l’Allemagne.

En 2005, j’ai pris position contre le Traité de constitution européenne qui finalement a été rejeté par une forte majorité des Français. Je ne le regrette pas tant ce texte était éloigné de l’Europe dont nous rêvons : solidaire, démocratique, efficace et disons le protectrice dans un monde ouvert à toutes les concurrences, même les plus inéquitables. Qui ne voit que ce Traité, finalement signé à Lisbonne, n’a rien réglé et surtout pas cette séparation suicidaire entre ceux qui savent ce qui est bien pour le peuple et le peuple lui-même.

Pour autant, il est pour moi hors de question de laisser croire que la France pourra s’en sortir dans une haute solitude. On ne me poussera pas beaucoup pour ajouter que la mondialisation est un mouvement qui se développe depuis le nomadisme des premiers hommes, l’expansion romaine, les voyages de Marco Polo, la découverte des nouveaux Mondes ou l’odyssée spatiale. Dès lors, la question n’est pas de se retrancher derrière d’absurdes lignes Maginot, mais d’organiser les échanges dans le respect des peuples, de leurs cultures et de leurs intérêts parfois opposés. Sans non plus oublier le reste du Monde qui frappera de plus en plus fort, parfois violemment à la porte des pays développés."Alain anziani

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 06:45

Une publication a été mise à jour : CONGRES DES MAIRES DE FRANCE, LES ELUS DEMANDENT DES DELAIS ET DE LA SOUPLESSE POUR ELABORER LA CARTE INTERCOMMUNALE .

"Les élus ont de nouveau demandé avec force que le schéma départemental de coopération intercommunale puisse disposer de davantage de temps, et donc que soit repoussée la date du 31 décembre 2011 fixée par la loi.

Le Premier Ministre a précisé, lors de l’ouverture du congrès, que «Partout où c'est nécessaire, j'ai souhaité que le temps vous soit accordé pour que se dégagent des majorités d'élus en faveur des projets." En clair, il donne instruction aux Préfets de ne pas s’enfermer dans le calendrier initial.

Les associations d’élus ont continué à demander que cette modification d’agenda donne lieu à une loi, puisqu’à défaut, la commission départementale de coopération intercommunale perd légalement son pouvoir d’amendement après le 31 décembre.

Pour la première fois, Philippe RICHERT, ministre chargé des collectivités territoriales a admis cette possibilité. " A.Anziani

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:11

Depuis dix ans, la droite a multiplié la dette par deux par une politique qui ne profite qu’à une minorité de nos concitoyens les plus aisés. La crise est là, mais la responsabilité est surtout celle de M. Sarkozy. Faute d’avoir le courage de revenir sur 75 milliards de cadeaux fiscaux, le gouvernement impose au pays une cure d’austérité brutale et injuste, désastreuse économiquement et financièrement inefficace. Tous les Français s’en trouvent pénalisés

Repost 0
Published by odette trupin - dans politique
commenter cet article